Le Beau du mois : du bleu sous-marine, un architecte en haut de l’affiche et une assise nommée désir

Tous les mois, une sélection du meilleur des tendances, objets de décoration et dernières expositions, histoire de dénicher son animal totem, de foncer tout schuss et de plonger dans les profondeurs marines.

Le paradis du ski, un architecte en haut de l’affiche, des assiettes d’un bleu sous-marine et une assise nommée désir… Le beau du mois de février compile le meilleur des tendances, objets de décoration et dernières expositions.


À lire aussi : Le mobilier à poils fait son grand retour dans nos intérieurs


Le beau du mois a déniché son animal totem

©Philippe Garcia
©Philippe Garcia

« Peut-être qu’Adolf Loos assurait que l’ornement est un crime parce qu’il a lui même grandi dans une overdose de décor, interroge Pierre Marie. Contrairement à moi, qui ai grandi dans une overdose de blanc et de minimaliste et qui vois dans chaque surface un moyen de m’exprimer. » Alors que cet « espèce de docteur en ornement » inaugurera son agence, Pierre Marie Studio, dans l’année, sa galerie, située rue Victor Massé, à Paris, accueille une nouvelle exposition. « Lemuriforme » rend hommage à cet animal au caractère fantomatique dont le nom, donné par le naturaliste Carl Von Linné, est un dérivé du mot « Lemur », qui signifie « esprit » en latin. Le primate aux grands yeux écarquillés, représenté sous la forme d’une fresque murale XXL, est pour l’ornemaniste « le gardien d’un caveau imaginaire ou l’égérie des espèces menacées« . La pièce maîtresse, le cabinet Lemuriforme, en placage en bois d’amarante effectué par les ateliers de Craman-Lagarde et faïences réalisées par les Emaux de Longwy, se pare de motifs kaléidoscopiques. Un coffre aux trésors qui renferme en son sein huit pépites : vases toupie, calice, soliflore et autres boîtes des années 30 à l’esprit Art Déco, dont les décors, imaginés par Pierre Marie, ont pris vie grâce à la faïencerie.

> « Lemuriforme », Galerie Pierre Marie, sur rendez-vous uniquement, 21, rue Victor Massé Paris, 9e. Pierremariestudio.com


« Quand te reverrai-je, pays merveilleux… »

le beau du moi, dandy pop hors piste, nouvelle étude, drouot, vente aux enchères, ideat

Rendez-vous est pris dans le Hall de l’Hôtel Drouot à Paris, le 8 février prochain, pour la vente enneigée organisée par Nouvelle Étude et justement baptisée « Dandy Pop Hors Pistes ». L’occasion de se prêter au jeu des enchères et de repartir, peut-être, avec des chaises à trois pieds créées par Hans Olsen, un service à fondue dessiné par Enzo Mari pour Le Creuset, des appliques en tôle de métal laqué et une porte en pin façon hublot signés Charlotte Perriand, des caquelons en céramique émaillée de Robert Picault, une table basse imaginée par René Martin… et même une combinaison intégrale argentée pensée par Kway pour les Jeux Olympiques d’Hiver d’Albertville de 1992. De quoi y foncer tout schuss.

> Exposition les mercredi 7 et jeudi 8 février de 11h à 18h, vente le jeudi 8 février à 18h30 dans le Hall de Hôtel Drouot , 9, rue Drouot Paris 9e. Nouvelleetude.fr


Art majeur

Musée maritime d’Osaka, dit « Sea Sphere », Japon (1992-2000). Photographie, s.d. Cité de l’architecture et du patrimoine – musée des Monuments français © Adagp, Paris 2024
Musée maritime d’Osaka, dit « Sea Sphere », Japon (1992-2000). Photographie, s.d. Cité de l’architecture et du patrimoine – musée des Monuments français © Adagp, Paris 2024

À 29 ans, Paul Andrieu élabore les plans de la nouvelle aérogare 1 de Paris-Nord, future Roissy-Charles-de-Gaulle. Par la suite, il conçuoit les aéroports d’Abou Dabi, de Jakarta, de Pointe-à-Pitre, ainsi que le Musée maritime d’Osaka au Japon. La Cité de l’architecture et du patrimoine rend hommage à ce spécialiste des constructions aéroportuaires à travers une rétrospective de taille, comprenant 280 œuvres issues de ses carnets de croquis et d’archives. Une exposition qui offre une opportunité unique de plonger plus profondément dans l’héritage de l’un des rares architectes français qui a avoir réussi à s’imposer en Asie dans les années 80.

> “Paul Andreu. L’architecture est un art”, du 14 février au 2 juin 2024 à la Cité de l’architecture et du patrimoine


Une assise qui tombe à pic

le beau du mois, paolo castelli, ideat, ottomana

À l’aise aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, le tabouret-table d’appoint Ottomana aux lignes audacieuses et sculpturales signé Paolo Castelli, trouvera sa place dans tous les intérieurs. Décliné en bois, en céramique émaillée et dans un mélange des deux, en bleu profond, sauge, terracotta et dans des finitions métallisées argentées et dorées, il y en a pour tous les goûts.

> Paolocastelli.com


Art migratoire

transhumance III, galerie philia, ideat, le beau du mois

Créée en 2015 par deux frères passionnés d’art, de littérature et de philosophie, la Galerie Philia met en place depuis trois ans un programme itinérant de résidences d’artistes et designers. L’idée ? Inspiré par les migrations saisonnières de certaines espèces animales, le concept Transhumance permet à des créateurs de changer d’air, élargissant par la même occasion leur horizon. Cette fois, les céramistes Elsa Foulon et Laura Pasquino, respectivement française et néerlandaise, le designer mexicain Andrés Monnier et le duo italien de Morghen Studio formé par Roberto Tarter et Rodolfo Viola, ont posé leurs valises en Cappadoce, en Turquie, se nourissant des savoir-faire ancestraux et des ressources du coin – dont l’argile rouge, utilisé depuis la nuit des temps par les populations de la vallée du fleuve Kızılırmak, le grès tendre et l’onyx, pierre semi-précieuse présente dans le sol de la région – pour façonner de nouvelles pièces .

« En créant ce programme, nous voulions que les artistes rencontrent et échangent avec les communautés locales, découvrent l’artisanat de la région et expérimentent avec ses matériaux naturels, rappelle Ygaël Attali, co-fondateur de la galerie. Tous les éléments sont réunis pour permettre aux artistes de créer dans un environnement stimulant et riche en découvertes : une géographie à couper le souffle, l’architecture troglodyte et une histoire millénaire à la croisée de nombreuses religions, cultures et philosophies » Quant au résultat de cette troisième édition, qui a eu lieu en novembre 2023, il sera visible à deux pas, à l’A.R.C Taskonaklar, centre dédié à la création artistique, du 15 février au14 mars 2024 lors d’une exposition.

> Exposition « Transhumance III », du 15 février au 14 mars à l’A.R.C. Taskonoklar, en Cappadoce, Turquie.


Le beau du mois dans des profondeurs abyssales

abysse, ideat, maison raynaud

« Je me suis immédiatement sentie en confiance au sein de la Maison Raynaud et en accord avec avec leur finesse et leur élégance, confie Aurore de la Morinerie, qui signe pour le label la collection Abysse, s’inscrivant dans la continuité du livre Mediterranean Sea illustré par ses soins pour Louis Vuitton. L’idée des océans et des profondeurs m’est venue très vite, et leur a plu. La porcelaine est un support étonnant pour le dessin au pinceau – elle est fidèle au papier, et sa blancheur émaillée permet de donner encore plus de profondeurs à la gamme de bleus que j’aime travailler. Le geste au pinceau est plus diffus qu’un dessin à la plume, et il était important pour moi de ressentir la matière et les dégradés de couleur. Les chromistes ont réalisé de nombreux essais et ensemble, nous avons en quelque sorte repoussé les limites de la technique. »

> Auroredelamorinerie.com ; Raynaud.fr


À lire aussi : Le beau du mois : des bonbons à foison, du mobilier léché et un lieu hybride où s’évader