À Saint-Tropez, le mythique Byblos se refait une beauté

Hors du temps et des tendances, le palace tropézien continue d'attirer les plus grands noms venus du monde entier et d'intriguer les curieux désireux de se rapprocher des étoiles. Cet été, le Byblos dévoile quatre suites signées Laura Gonzalez dignes de sa légende.

Le Byblos, mythique palace de Saint-Tropez où s’est marié Mick Jagger en 1971, lève le voile sur ses quatre nouvelles suites à la chaleur du sudistes décorées par Laura Gonzalez, reine du mix & match, de la couleur et des imprimés. Visite guidée.


À lire aussi : L’Hôtel Lilou : la résurrection de l’âge d’or de Hyères


Laura Gonzalez fait son entrée à Saint-Tropez

Antoine Chevanne, propriétaire du Byblos, et Laura Gonzalez sont de vieux copains. « Mon meilleur ami, qui tenait un magasin de prêt-à-porter masculin, lui a confié son premier contrat« , raconte-il. Pour autant, en vingt ans d’amitié, ils n’avaient encore jamais eu l’occasion de collaborer. C’est chose faite, puisque l’architecte d’intérieur signe cet été quatre nouvelles suites du mythique palace tropézien.

Dans la suite deluxe, motifs muraux reprenant les mouvements du sable en bord de mer, imaginés par Laura Gonzalez pour le Byblos, table basse signée Roger Capron, canapé dessiné par Laura Gonzalez recouvert de tissus de chez Holland & Sherry et tapis de chez Édition 1.6.9.
Dans la suite deluxe, motifs muraux reprenant les mouvements du sable en bord de mer, imaginés par Laura Gonzalez pour le Byblos, table basse signée Roger Capron, canapé dessiné par Laura Gonzalez recouvert de tissus de chez Holland & Sherry et tapis de chez Édition 1.6.9.

Celui qui, construit par Jean-Prosper Gay-Para dans l’espoir de séduire Brigitte Bardot, qui s’est acoquiné de Saint-Tropez est, depuis son inauguration le 27 mai 1967 la coqueluche des célébrités. Mick Jagger se marie en 1971 dans ce palais digne des Mille et Une Nuits et les étoiles du grand écran et autres vedettes de la chanson défilent en nombre aux Caves du Roy, la boîte de nuit située au sous-sol ouverte cet été là,, de Jack Nicholson à Cher en passant par Mireille Darc, Grace Jones et, évidemment, l’héroïne féline du film Et Dieu… créa la femme de Roger Vadim (1956).

Pas facile de se frotter à ce lieu mythique qui porte en lui la légende de Saint-Tropez. Antoine Chevanne en a conscience et sollicite son amie, séduit par « ses origines sudistes, sa patte et son esthétique colorée et chaleureuse qui correspond bien au Byblos, qui est tout sauf une beauté froide. » Même s’il en est le propriétaire, l’arrière-petit-fils de Sylvain Floirat, qui a racheté le palace varois le 19 septembre 1967, n’est pas le seul à en avoir les rennes. « Ma mère a décoré toutes les chambres de l’hôtel, explique-t-il. Elle devait donc donner son aval. » Les deux femmes se rencontrent à l’hôtel Saint James, à Paris, que la créatrice vient alors de terminer. « En rentrant, ma mère m’a avoué avoir eu le coup de foudre. »

Mick Jagger en 1971 au sein de l’hôtel Byblos, à Saint-Tropez. © Claude Dronsart / Le Byblos
Mick Jagger en 1971 au sein de l’hôtel Byblos, à Saint-Tropez. © Claude Dronsart / Le Byblos

Renouer avec la légende du Byblos

Laura Gonzalez se laisse porter pas la légende du Byblos et celle de Saint-Tropez. « Laura est très à l’écoute et sait s’adapter, continue le PDG du groupe Floirat. J’ai passé des heures à lui raconter l’histoire de notre établissement, je lui ai offert le livre que nous avons édité pour nos 50 ans. C’est une grande bosseuse : elle a fait pléthore de recherches de son côté, notamment iconographiques, et a tout de suite compris qu’il fallait combiner le style propre à la Méditerranée à l’esthétique libanaise, en hommage à l’ADN de l’hôtel. »

Résultat, quatre suites jouissant chacune de sa propre identité, notamment colorée, tout en suivant le même fil conducteur. Dans chaque pièce, les objets signés Laura Gonzalez côtoient du mobilier soigneusement chiné et des créations réalisées spécialement pour l’occasion, à l’instar des mini-bars en bois et céramique en de Vallauris en damiers colorés inspirés des malles de voyage que l’on retrouvait dans les chambres d’hôtel dans les années 70.

Dans la chambre, jupe de lit avec une passementerie à franges de chez Samuel & Son et lit à baldaquin dessiné par Laura Gonzalez et réalisé par Escabel.
Dans la chambre, jupe de lit avec une passementerie à franges de chez Samuel & Son et lit à baldaquin dessiné par Laura Gonzalez et réalisé par Escabel.

« L’idée était de conserver l’essence du Byblos, ce côté comme à la maison, en imaginant les suites comme dans une maison de famille pour accueillir les hôtes », conclut Laura Gonzalez. Un premier pied dans l’étrier de Saint-Tropez qui s’annonce prometteur – il paraît que d’ici 2027, l’architecte d’intérieur aura redécoré toutes les chambres du Byblos, célébrant comme il se doit les 60 ans du mythique palace varois.

> Le Byblos, 20 Av. Paul Signac, à Saint-Tropez, France. Plus d’informations ici.


À lire aussi : Calme et sérénité à seulement 30 minutes de Saint-Tropez